Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

vendredi 13 juillet 2012

ITE MISSA EST // Antebellum


En premier lieu, le skeud en jette, tout simplement. Avec ses allures de drame antique qui fleure bon le carnage romain, on sent que les gars de ITE MISSA EST ont mit le paquet niveau design. L'artwork est donc, pour tout le livret, dans cette ambiance de décadence romaine.

Hop, une bonne Gauloise pour m'écouter ça.

Mais, hélàs, mille fois hélas, les ptit coreux de la formation mettent vite de coté le coté « épique » de la Force pour se recentrer sur un bon gros Métal bourrin que mes collègues d'autres webzines avinés qualifieront de « Deathcore » ce qui à le mérite de ne rien vouloir dire de particulier.

Admirez le travail. Ni vu, ni connu, je t'embrouille.

Du coup, forcément, avec une étiquette fourre-tout et tout autant fashion que le Nespresso, le groupe a pris sont quota de déculottés niveau chroniques.

Tu me diras, ami lecteur, qu'ils l'ont bien cherchés. Après tout, qu'est-ce qui différencie un groupe de Deathcore d'un autre groupe de Deathcore, hormis le nom de la formation et parfois l'artwork de l'album (bah, on va dire que je suis méchant là) ?

Et bien une fois n'est pas coutume, il y a une VRAIE touche de personnalité dans le « Deathcore » de chez Ite Missa Est. Sisi, elle est en filigrane durant tout l'opus et ne demande qu'a exploser au fur et à mesure des morceaux.

Parlons-en d'ailleurs, des morceaux : de grosses poutres à se prendre dans la gueule. Des riffs techniques et des poussées de pouka-blast parfaitement maitrisées, ainsi que des vocaux tonitruants. De ce coté là, rien à dire, les ITE MISSA EST réussissent leur pari et servent sur un plateau sanglant un album calibré pour la fosse.

Rajoutons à cela des lyrics en français, ce qui à le mérite d'etre suffisament original et sympatoche pour le souligner, mais qui rajoute d'autant plus a ma gène.

Donc, qu'est-ce qui me chagrine là-dedans ? Ce qui me turlupine, à vrai dire, c'est cette fameuse touche dont je parlais plus haut, ce souffle épique qui s'engouffre sans cesse dans les compos de la formation parisienne et qui me pousse sans cesse a me dire que, putain, mais quand est-ce qu'ils se lachent ? Quand est-ce qu'ils vous nous servir LE morceau de Death Epique qu'on attend pendant tout ce foutu album et qui le sortirait du relatif anonymat dans lequel il ne cesse de replonger ?

Mais non. Comme les -très- bons élèves qu'ils sont, les ITE MISSA EST remplissent avec brio un cahier des charge taillé sur mesure, font trois p'tits tours et puis s'en vont, alors qu'il est évident, mais tellement évident, qu'ils ont beaucoup mieux a dire.

Et cet « Ante Bellum » qui promet tant se contente d'être le skeud parfait pour un public avide de nouveauté de « Core quelque-chose », avec cette poussée épique en plus qui le rend plus intéressant que la plupart et sur lequel ils peuvent jeter sans craindre une oreille attentive en headbangant comme des malades.

Mais moi, assis dans l'ombre finissant ma bière, j’attends. J’attends car je sais que le prochain opus des ITE MISSA EST, s'il est libéré de ses entraves, sera une bonne grosse tuerie annoncée.

Et à la pensée du carnage, je souris. Oh oui, je souris...

note : 11/20

Aucun commentaire: