Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

lundi 2 mai 2011

GUNS N' ROSES // Chinese Democracy


10 ans !

Il aura fallut attendre 10 années pour pouvoir enfin écouter ce très attendu « Chinese Democracy », le fameux opus des GUNS N’ ROSES, celui qui devait succéder aux cultissimes « Use Your Illusion » 1 et 2 (ne montons pas l’album de reprises punks au rang des autres opus, car de piètre qualité et composé uniquement de reprises).


C’est donc amputé d’une immense partie de ses membres - en fait, tous sauf Axl (vocaliste)- que la formation opère son grand retour.


Et alors, ce « Chinese Democracy », il dit quoi ? Et bien déjà, laissez-moi le comparer à une grosse et vieille pute fatiguée. Ben oui, « Chinese Democracy », c’est avant tout un outil avec lequel on à vécu pas loin de X années de travail intensif et qui en plus est passé entre toutes les mains possibles et imaginables. Les structures de compositions ont donc été pensées, repensées, les mélodies faites et défaites, bref, on est pas passer loin du carnage.


Malgrès tous ces défauts, « Chinese Democracy » reste dans une logique d’évolution quand à la musique des GUNS N’ ROSES. Je m’explique…


Le lecteur attentif aura remarqué que je tiens pour acquis le fait que l’évolution musicale connue des GN’R s’arrete avec les USE YOUR ILLUSION. Hors donc, ceux-ci ne se terminaient pas le mieux du monde, car c’était un très poussif « My World » qui cloturait ces chef d’œuvre de bric-a-brac de toutes sortes (ben oui, ce n’était pas « Appetite For Destruction », non plus, hein). Hors la particularité de ce morceau était d’être en grand partie électronique. ET comme par hasard, l’éléctro tient une grand part dans « Chinese Democracy », presque autant que les balades de posers, qui d’ailleurs émaillaient déjà les « Use Your Illusion ». En effet, nombreuse sont les intro à la boite à rythme, ou les samples (on reconnait même le début de « Civil War » dans « Madagascar »)


Donc, dans un sens, Axl et ses potes poursuivent la logique de l’évolution descendante des GUNS N’ ROSES en nous pondant des balades peu inspirées comme « This I Love », « Streets Of Dream » ou « There Is A Time ». Rien de marquant donc.


Mais (oui, je mets un mais, et je vous merde) tout n’est pas à jeter dans ce « Chinese Democracy ». Certains riffs sont vraiment bons et boostent un nombre conséquent de morceaux (« Better », « Shackler’s Revenge », « I.R.S », « Scraped »), le souci c’est qu’ils sont régulièrement contrebalancés par la volonté systématique de foutre LA balade qui fait mouiller ta mère, et franchement ça saoule, grave.

« Don’t Cry » était un morceau fabuleux, mais il faudra bien en faire le deuil à un moment ou un autre. Hors, PAS UNE balade de cet opus n’essaye de faire autre chose que de copier la structure de composition de ce bijou.


Donc, vous l’aurez compris, rien qui ne soit à la hauteur des « She’s Pretty Tied Up », des « 14 Years » ou encore des « Double Talkin’ Jive » -et encore moins d’un « Welcome To The Jungle » ou d’un « You’re Crazy »- mais rien qui ne soit non plus à la hauteur des balades de jadis.


Enfin, bref. Je m’égare.


Un mot sur Axl. Ben oui, j’ai toujours apprécié son talent pour le chant, mais force est de voir (enfin d’entendre surtout) que là aussi, il va falloir en faire un deuil. Fini les hurlements haut perchés, ou les chants très bas, Axl utilise ici ce qui à fait sa réputation sur les tournées sans fin des GUNS N’ ROSES : une voix saturée, qui force systématiquement sans vraiment arriver à soulever une quelconque émotion. On vieillit tous, Axl.


Un album qu’on aura attendu longtemps, donc, et qui ravira les plus nostalgiques et les moins tolérants ou pointilleux d’entre nous. Les fans purs et durs de Heavy Rock à la GUNS N’ ROSES se tourneront, eux, vers une obscure formation nommée « VELVET REVOLVER ». C’est là que le reste de l’ancien groupe culte est allé composer, à l’abri des foudres et des frasques du vocaliste au bandana.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Ahah ! Bien vu !