Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

mercredi 23 novembre 2011

GAMA BOMB // Citizen Brain

Tu as une trentaine d’année, tu as découvert SLAYER avec « Show No Mercy », « Hell Awaits » ou encore « Reign In Blood » ? Tu es nostalgique de l’époque où les gars d’ANTHRAX hurlaient sur « A.I.R » ? Alors n’attends plus, jette-toi sur la nouvelle sortie Earache de mai, l’opus de ces sacrés gueulards chevelus à pointes que sont les GAMA BOMB. Et oui, derrière une cover du plus bel effet, dessinée en BD représentant un massacre perpétré par un alien dont les appendices n’ont rien a envier au Dr Octopus de chez Marvel, se cache ton rêve de gosse : le bon gros retour du thrash old-school qui tâche de la Bay Area. On s'ouvre une bonne Chimay pour fêter ça, yeah !


Attention néanmoins, que mes propos ne prêtent pas a confusion. Cet album est très sympa, n’en déplaise a certains. En effet, les GAMA BOMB servent sur un plateau en os un Speed Métal / Thrash puissant de toute beauté, très efficace et entraînant, mâtiné de bon gros refrains bien punks, repris avec des chœurs bien bourrins (« Hammer Slammer », « Zombie Brew », « Final Fight »). Les riffs, très efficaces ne sont là que pour mettre en avant une batterie de furieux qui ne semble ne jamais s’arrêter. Là encore, ça fait très SLAYER old-school, tu sais, ce moment dans « Reign In Blood » ou, quelque part dans la galette tu te demande comment ce mec derrière ses futs peut être encore en vie. Les solos de grattes sont aussi très parlants a ce niveau. Tu sais, les trucs qui font « wwwwwwwouiiiiiiviviviviviviwouiiiii » un peu au hasard dans les morceaux. Ultime clin d’œil (parmi tant d’autres) le « In The Night ! » Slayeresque de la fin de « Silent Scream » repris a l’identique sur « Thrashaholic ».


Attention, tout n’est pas exempt de défaut. A l’image de celle d’Araya a ses débuts, la voix du vocaliste connait ses limites, notamment sur « Evil Voices », ou sur « Return To The Technodome ». D’ailleurs, on notera pour ce dernier la voix de robot qui reprend le refrain. Non je veux bien un peu de déconnade mais là c’est juste la limite les mecs. Bref, ce dernier morceau est très dispensable au reste de l’opus qui, par contre, cartonne dans tous les sens et défouraille à toutes berzingues (j’aime bien l’expression « à toutes berzingues », moi). Mais soyons francs, a part deux ou trois morceaux, cet opus est purement jouissif pour un certain public.


Et oui, le problème c’est ce public. Je ne suis pas convaincu (mais rien ne me prouve le contraire en même temps) que les auditeurs plus jeunes apprécient vraiment cet opus a sa juste valeur. Les gens qui ont découvert le Métal avec PANTERA par exemple ou des groupes plus récents n’ont peut être pas forcément le recul pour apprécier cet ovni Thrash / Speed comme ils le devraient.


Maintenant je peux me tromper, l’avenir nous le dira. En attendant, tu sais quoi ? Même s’il n’apporte strictement rien de nouveau, moi, je m’en remets un coup.


Yeeeeeeeeeeaaaaaaah !!!!


1 commentaire:

Anonyme a dit…

chouette découverte, merci.