Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

mardi 22 novembre 2011

SUICIDAL TENDENCIES // Still Cyco After All These years

Aaaaaaaah. Après avoir écouté des trucs brutaux à n’en plus pouvoir, avec des batteries glauques, des grattes qui coulent et des basses poisseuses, il est bon de revenir vers la base, l’essentiel.

Je vais donc me tourner aujourd’hui vers le très bon « Still Cyco After All These Years », des cultissimes SUICIDAL TENDENCIES.

Bon, normalement, cela devrait suffire à justifier ma note et je pourrais logiquement terminer ma chronique ainsi.

Mais bon, vu que le boss va me gronder si je fais ça, je vais développer un peu, en me dégustant une petite « Hobgobelin », tiens. Quand on sait ce qui est bon, faut pas hésiter une heure non plus, pas vrai ?

Par où commencer ? Le commencement ? Mike Muir, chanteur et front-man des SUICIDAL TENDENCIES s’était rendu compte, après des années de bons et loyaux services, que le premier album de la formation culte, « Suicidal Tendencies », n’était plus trouvable. Epuisé, quoi.

Et il se trouvait justement que les SUICIDAL TENDENCIES avaient pas mal évolués tout en restant très fidèles à leur style parfaitement inimitable. Puis il y avait eu beaucoup de mouvement dans le groupe, même si Muir avait réussi à stabiliser sa formation. Après tout, il avait toujours cherché à rassembler les meilleurs zicos possibles, et après le succés de « The Art Of Rebellion » la formation se devait de trouver un chemin décisif. De plus, le public demandait souvent dans les concerts du groupe à entendre les premières compos. Et puis un peu d’argent ne fait jamais du mal à personne, même à Miko.

Bref, tout cela combiné, incita la formation à re-enregistrer l’opus historique, le fameux « Suicidal Tendencies », qui faisait partie entière de la formation, qui était restée toujours autant « Cyco », aussi barge durant toutes ces années et ce, même si la formation originelle n’était plus d’actualité. D’ailleurs, pour marquer le coup, il n’y a que Mike Muir qui, sur la cover prend la même pose, pendu par les pieds, que sur le premier album. Comme si les autres avaient les pieds bien sur terre… Still Cyco !

Alors forcément, avec le talent et l’expérience accumulés, ce « Still Cyco After All These Years » peut largement se prévaloir d’être d’une qualité égale à son illustre ancêtre, si ce n’est même plus, vu la qualité du son du premier opus des ST.

Et c’est là que le bas blesse. De nombreux auditeurs se lamentent du fait qu’en dix ans, en n’ayant plus aucun membre de la formation originelle, ST à cruellement perdu de sa folie, de son feeling au détriment d’une qualité technique et sonore indiscutable. Comme si les autres membres avaient les pieds sur terre, justement ? 

Mais tel n’est pas mon propos.

En effet, je trouve, personnellement que si « Still Cyco After These Year » n’est clairement pas à la hauteur de son –illustre- ancêtre, ça déboite quand même sévère. Il faut être un âne pour ne pas le reconnaitre. L'évolution au détriment de l'immaturité sonore et incontrôlée.

Bref au programme : puissance, riffs qui pètent la tronche de mon cousin Martin dans son placard et mélodies et refrain méga entrainants qui éclatent les rotules de mémé Martine dans les orties fraîches du jardin. Avec le talent de composition du groupe et son extraordinaire vitalité, Mike Muir nous entraine facilement dans les méandres de titres cultes comme « I Saw Your Mummy », « Institutionalized », « Subliminal » ou encore « Fascit Pig » et « War Inside My Head ». Tiens, qu’est-ce qu’il fait là, celui-là ?

Et oui, s’il y a un reproche à faire à ce chef d’œuvre –et il est bien maigre- c’est de n’avoir pas scrupuleusement suivi la règle du jeu, c'est-à-dire ne pas avoir scrupuleusement suivi le tracklisting de l’opus originel et de ne pas avoir mit l’intégralité des titres de l’époque (il manque en fait les trois extra-tracks que sont « Possessed To Skate », « Human Guinea Pig » et surtout le très bon « Two Wrongs Don’t Make A Right ») et d’y avoir préféré « A Little Each Day » et « War Inside My Head », issus de « Join the Army » et « Don’t Give Me Your Nothing », issu des session de « Lights, Camera, Revolution ». 

Bon, moi je m’en tape, vu que « War Inside My Head » est un de mes préférés mais bon, les puristes gueulent toujours de toute façon.

Non moi je préfère m’éclater en écoutant les sarcasmes à deux balles de Mike Muir, les refrains méga entrainants de « I Saw Your Mummy », de « Suicidal Failure » ou de « Subliminal » et savourer la basse d’un Robert Trujillo qui savait toujours où fourrer sa bonne grosse basse, des éons avant d’intégrer une formation certes plus reconnue mais au combien moins sympathique.

Et putain que c’est bon.

Puis moi je m’en tape, étant fan inconditionnel des SUICIDAL, je l’ai également le premier opus, et c’est vrai qu’il est mieux, plus de feeling, plus de folie… Mais « Still Cyco After All Theses Years » reste tout bonnement un sommet du genre qui se rappelle constamment à nos douloureuses.


Et pandanslesdents.



Aucun commentaire: