Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

lundi 19 décembre 2011

AIDEN // Conviction




Le troisième album d’ AIDEN serait-t-il celui de leur consécration ?

Issus de la bonne vieille ville de Seattle, AIDEN est un groupe de rock/pop Emo a tendance Metal –mais pas trop-, faisant la joie vestimentaire des teenagers. En gros, prenez les sonorités et les look de NIRVANA, PLACEBO ou encore SHIINA RINGO (icône de la J-Pop), mélangez les avec un peu de ce qu’a fait MARYLIN MANSON sur « Mechanicals animal », saupoudrez le tout de romance a deux balles (sans oublier les tatoos a la PANTERA) et vous obtiendrez AIDEN, groupe qui doit son nom –notons le- au gosse de The Ring
Moi qui suis fan ça tombe bien, m’enfin, quitte a avoir une référence, j’aurais préféré que le groupe se nomme «  Yoichi ». 

M’enfin, je dis ça, je dis rien.


Après m’être servi une bonne Jenlain cuvée Noël (c’est beau Noël) et m’être attardé un moment sur la pochette joliment exécutée mais ne représentant pas grand-chose, je lance l’opus.


Loin d’exploser dans mes enceintes, le morceau qui introduit « Conviction » est une balade a la gratte. 
Mouais bof.

M’enfin rapidement le groupe exécute son efficace mélange Pop/Rock teinté –de loin- de refrains aux sonorités punkisantes d’autres lorgnent plus du coté d’une pop/rock FM acidulée visant –disons le franchement – les petites gothopouf en manque de sexe sous couvert de romance dans les bois les nuits de pleine lune. 

Mais il est vrai que je préfère largement quand le groupe se lâche totalement et abandonne sa correction et sa retenue pour nous pondre des bombes punkisantes en puissance, comme le monumental «  Son Of Lies », incontournable sur l’opus, au refrain imparable et repris en groupe –n’osons parler de chœurs. Le petit bijou de l’opus en ce qui me concerne. 

Las le reste de l’opus est loin d’arriver a la cheville de ce morceau, même si le son est à la hauteur. Même si le chanteur –malgré sa voix nasillarde – et les zicos se dépatouillent finalement bien de ce type de compos sans être des prodiges –et c’est loin d’être ce qu’on attend d’eux).

Finalement, je reste assez mitigé sur cet opus, même si je ne doute aucunement de son succès chez les adolescents (et notamment les minettes qui se la jouent a la sisters of mercy). Autant les zicos sont doués et les compos efficaces, autant rien ne démarque cet opus des autres productions du genre. 

Disons que le coté punkisant/metal du groupe gagnerait a être un peu plus travaillé des bijoux du genre «  Son Of Lies » seraient certainement plus présent sur la galette. Maintenant, est-ce ce que le groupe recherche ? 

En attendant, il parait que «  Conviction » cartonne aux States. 

Bienheureux pour AIDEN car, un groupe qui préfère mettre sur son exemplaire de promo le nom de ses tatoueurs plutôt que la liste des titres de l’opus en question ne peut pas être foncièrement mauvais…

Aucun commentaire: