Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

mardi 13 décembre 2011

Coldsight // Until your last breath

Aaaaah, enfin le premier enregistrement de COLDSIGHT. Faut dire que le groupe commence a faire sérieusement parler de lui dans le coin de Toulon, puisque son mélange détonnant à base de Killswitch Engage, de Soilwork et mixé avec un peu de In Flames par-dessus arrive a fédérer de plus en plus de fans autour de la formation.

Hop, une Primator pour m'écouter ça !

D’entrée, le skeud en crache plein la gueule puisque la cover est vraiment soignée, ainsi que l’interieur du skeud (bon, la déco est faite à base de crânes se confondant avec des roses. « Classique » diront certains, « efficace » répondront les plus perspicaces. 

Et en effet, suivant cette simple logique, les COLDSIGHT vont servir sur ce « Until Your Last Breath » un cocktail savamment simple et efficace de Metalcore bien mélodique comme on les aime.

Mais pas que.

Je m’explique. 

Le Metalcore, c’est encore un mot d’intellos pour dire que le style musical du groupe est difficilement cernable. Cela est doublement vrai pour les COLDSIGHT puisque le groupe aime a mettre de lourdes ambiances dans ses compos, sans qu’on l’attende plus que cela. Comme par exemple l’énorme intro de l’opus, qu’on attend speed et qui se révèle lourde en fin de compte. Mais les Varois ont de l’agressivité a revendre, puisque des compos comme l’énorme « Killing all Faces » (avec en guest Lyzanxia, d’ailleurs c’est David POTIN qui produit le skeud) en mettent plein ta face en pétant les rotules a mon cousin Martin.

« Mais comment donc ? » me direz vous, si vous avez un peu suivi ce que je disais au-dessus. C’est vrai quoi, on peut pas être lourd et speed à la fois, être agressif et mélodique en même temps. Et bien il se trouve que les COLDSIGHT y arrivent, sans trop d’efforts en plus semble t’il. Par cela (et par l’énorme travail sur les vocaux) on peut les rapprocher aisément des monstrueux IN FLAMES et je crois que le groupe n’a pas à rougir de cette comparaison, car en effet, les mélodies entrainantes le dispute sans cesse aux riffs bien lourds ou aux passages blast-beat.

En gros, ca tabasse et ca fait pas semblant.

Un skeud a écouter d’urgence, il serait dommage de rater la naissance d’un monstre.

Note : 16/20

Aucun commentaire: