Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

jeudi 15 décembre 2011

AQUILON // Immobile

AQUILON est un groupe d’électro dark metal industriel. Ouais, je sais, ça fait un peu rallonge comme classification mais il est ardu de cerner tous les aspects musicaux qu’offre « Immobile », leur dernier opus, sans se fendre d’une classification a rallonge.

Hop, une Trois Pistoles pour m'écouter ça !

Mais attaquons l’autopsie par l’analyse de cette superbe cover, très proche visuellement de l’univers noir et pessimiste du groupe. Proscrite au fond de son fauteuil, une femme (a priori jolie, comme toutes les femmes d’ailleurs) reste les yeux fermés, immobile, peut-être pour oublier le monde ? Se laissant mourir ? Ouais, enfin, on voit que c’est pas Guy Bedos qui va s’occuper des paroles de l’opus, c’est déjà ça.

Et très franchement, ça faisait un bail que je n’avais pas eu l’occasion d’entendre un groupe français qui construit aussi bien son univers musical (bon, a la notable exception de 29/09, mais ce n’est pas comparable). Car, entre riffs lourds et implacables comme le destin, une voix puissante mais suffisamment professionnelle pour lâcher par moment les hurlements et renouer avec les murmures ou le chant purement lyrique, des chœurs de toutes beautés (et féminins, ce qui ne gâche rien) AQUILON sert clairement une musique aussi efficace que noire, entièrement écrite en français pessimiste et cynique (ce qui est bien agréable quand même) avec une batterie qui pète les rotules de ton cousin Martin.

Mais ca ne s’arrête pas seulement à ça, vu que chaque compo de l’album est un pur bijou (noir de jais, bien évidemment) savamment dosé entre musique industrielle / électro et riffs ultra-efficaces - de par leurs lourdeur - conjugué a la mélodie des lignes de chant dépressives. Difficile de t’expliquer mieux l’alchimie qu’offre AQUILON et l’énoooorme efficacité de morceaux tels que « Affliction », « L’œil », « A Demi-Mot »… Bref, je ne vais pas te faire tous les titres de l’opus, TOUS sont vraiment bons et la majorité d’entre eux frôlent réellement la perfection, au point que le groupe peut se targuer de remplacer mes  INTERRIA-préférés-d’amour-que-j’aime au panthéon de mes groupes de prédilection du genre.

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Rajoutons a cela un mixage parfait et tu auras compris, ô lecteur anonyme mais fidèle, pourquoi les fans de ce style devront impérativement posséder ce cd qui sera peut-être également convaincre les adeptes d’autres styles (qui feraient bien d’y jeter une oreille).



Aucun commentaire: