Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

mardi 6 décembre 2011

FURIA // Blast n' fuck

FURIA est connu des métalleux pour avoir –notamment- pondu le fabuleux « Un Lac De Larmes Et De Sang ». Après un « Kheros » nettement en-dessous de la qualité de cette tuerie (mais très sympatoche tout de même) et une bonne grosse traversée du désert, on aurait put croire FURIA mort et enterré.


C’est peut-être bien pour cela justement que FURIA se jette à corps perdu dans la mêlée avec ce E.P nommé « Blast’n Fuck » (scuzez du peu) qui est à la fois inattendu dans sa forme et dans son contenu car il possède en plus l’avantage de présenter une nouvelle facette encore inconnue du groupe jusqu’alors connu pour son Death Epique.


Histoire peut-être de prouver a tous que le groupe n’a pas peur de se remettre en question, ce « Blast’n Fuck » est donc à milles lieux de ce que le groupe à déjà pondu pour se concentrer sur l’impact et sur l’efficacité sans ambages d’un Thrash Metal Brutal et direct, aux nets relents de Stoner. Sur papier cela est appétissant mais il faut ajouter à ce mélange les mélodies innées que FURIA pond avec facilité et qui font systématiquement mouche.

Tiens, je m'ouvre une bonne grosse Cuvée des Trolls pour fêter ça !

Voila donc le nouveau mélange FURIA. Cela pourrait sembler être une concession, un parti pris d’être plus commercial ou attractif mais il saute vite aux yeux que, bien au contraire, la motivation première ici semble être de livrer le plus brutalement et directement possible les sentiments d’un groupe qui à été malmené mais qui se relève pour vomir sa haine à la face de ses détracteurs.


Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça claque ! Si l’intro se révèle quelque peu inutile, elle a le mérite de sublimer le riff principal de « Rebirth », ce qui le rend –encore- plus entrainant. A partir de là c’est un pur festival puisque toutes les compos de cet E.P, si elles sont simple dans leur structure, n’en restent pas moins efficaces et entrainantes, notamment grâce aux mélodies viscérales pondues par le groupe et à la puissance vocale de Damien, bluffant de maitrise. Cerise sur le gâteau, le morceau « Shaman », qui instaure l’ambiance grâce à une petite mélodie indienne et qui recrache en une mixture brutale toutes les influences Death et Stoner du groupe.


Petit bémol par contre, le second morceau de l’opus, « Five Minutes », qui n’apporte –à mon sens- rien de vraiemnt intéressant et qui reste clairement le morceau le moins bon de l’opus (attention j’ai pas dit mauvais, nuance).


On ne pourra pas reprocher aux FURIA de rester figés dans leur style en tout cas ! Si vous êtes –comme votre humble et sexy serviteur- fan du death epique de « Un Lac De Larmes Et De Sang » oubliez tout ce que vous savez de FURIA. Car sur cet EP le groupe défausse son jeu où la main était pourtant parfaite mais cache bien des atouts dans sa manche. Ca fait du bien par où ça passe. A suivre, de très près !


Aucun commentaire: