Blog chaotique à la mise à jour aléatoire.


On y cause de
Métal sous toutes ses formes, d'ambiance d'apocalypse, films, séries, jeux de rôle et jours de colère...

vendredi 9 décembre 2011

HELLIXXIR // War Within

Né en 2001, le groupe Grenoblois HELLIXXIR mélange habilement un style Heavy Metal avec une sonorité et une agressivité bien plus proche du Thrash Metal.


Si en 2003 leur premier Ep « The Cypress Forest » n’avait pas fait énormément de remous, c’est après un changement conséquent de Line-up que le groupe nous livre aujourd’hui son premier album. 

Et il est intéressant a plus d’un titre. 

Déjà parce qu’un changement de Line-Up peut toujours s’avérer casse-gueule. Ensuite parce que ce « War Within » est présenté comme un album-concept abordant le thème d'un comportement humain malade. Immersion dans un monde chaotique dans lequel chaque individu est contaminé par un parasite, le rendant totalement imprévisible, irrationnel et violent. A demi conscient, l'Homme s'interroge peu à peu quant à ses actes et son avenir, déclenchant ainsi un véritable combat intérieur

Mouais bon ceci étant dit, je m’ouvre une Hoogarden pour m’écouter ça.

« Childhood’s Trouble » introduit l’album d’une façon singulière. Non que cette musique –un air de guitare sèche qui explose brutalement – ne soit pas a la hauteur. Bien au contraire, c’est un air sombre qui colle parfaitement a l’opus mais les carillons qu’on entend sonner dans le vent en fond donnent à cet instrumental d’introduction (et donc a l’album) une très bonne ambiance, très marquante et qui colle a « War Within ».

« Mr Hyde » démarre sur des chapeaux de roues. Des riffs agressifs, une batterie calculée, le mélange prend rapidement. Puis la voix de Julien TOURNOUD débarque. Une voix très claire, très a l’opposé de la musique qui l’accompagne. Au début cette voix m’a déstabilisé mais au final je la trouve très bien a sa place. Pour le refrain, des chœur masculins se joignent a la voix ce qui donne l’effet d’un foule scandant les paroles, toujours accompagné par une mélodie insidieuse. Le tout est très efficace.

La formation l’a d’ailleurs bien comprit puisque les deux morceaux suivant « Of Rage and Violence » et « Introspection » surfent sur le même modèle, rajoutant tantôt de la mélodie, tantôt des airs orientaux.
La balade de la galette se nomme « Tears of the Christ », entre guitare sèche et chant lyrique, le morceau reste empreint de cette ambiance palpable que l’on ressent depuis le début. Plus encore, le morceau marque un virage sombre dans l’opus : tous les titres suivants sont bien plus violents et sombres que ceux du début, comme si tu venais de franchir un point de non-retour.

L’instrumental « Ad Infernum » ne fait qu’accentuer cette impression car il introduit le très bon « Hellhound », un morceau dense, violent et très efficace. Mon morceau préféré pour ce qui me concerne, bien que j’apprécie également beaucoup le morceau suivant « Circle Of Infinity » et ses riffs brutaux. 
« Corpus Morbidum » est un morceau d’ambiance où des chœurs entonnent ce qui pourrait ressembler a un chant religieux, avec toujours cette bonne ambiance qui colle a l’opus.

« Reincarnation » calme un peu le jeu en se rapprochant un peu de ce qu’on pouvait trouver dans le début de l’opus, en bien plus sombre cependant, alors que « Adeu » conclue l’album comme il avait commencé, un air sombre de guitare sèche.

Cet album est donc intéressant a plus d’un titre, certes, mais il possède également une ambiance unique. La voix de Julien TOURNOUD, rappelant par moment celle de Doug Lee dans MEKONG DELTA teinte l’œuvre du groupe d’une couleur rouge et ésotérique. Ajoutée aux ambiances religieuse et orientales (rappelant évidemment les ORPHANED LAND) ponctuant l’album et a ses riffs sombres, tout cela contribue a faire de ce « War Within » un album fort, a découvrir de toutes urgences.

note:17/20

Aucun commentaire: